Le jeune Yanis Adjlia, victime d'une cabale judiciaire à Béjaïa
Le jeune Yanis Adjlia, victime d'une cabale judiciaire à Béjaïa

Appelé à comparaître auprès du tribunal de Béjaïa aujourd’hui, Yanis Adjlia a reçu un important élan de solidarité du collectif citoyen de soutien à ce militant associatif.

Ce militant à l’espoir déraisonnable qui préside l’Association pour la défense des droits des consommateurs (Adic) et le comité de son quartier appelé CNS, est en litige avec le Président de l’APC de Béjaïa et l’administration locale.

Il est accusé d’avoir porté atteinte à l’ordre public en « incitant à l’attroupement » à deux reprises. Connaissant la situation morbide des libertés démocratiques, particulièrement la liberté d’expression, l’administration locale continue à tracasser toute voix qui s’élève à son encontre.

Le collectif de soutien à Yanis Adjlia entend exiger « la levée de toutes les poursuites et l’arrêt de tout harcèlement judiciaire contre ce militant associatif, qui n’a fait que dénoncer l’incurie des responsables locaux« . Yanis Adjlia, pour rappel, s’est opposé à la destruction de la statue du soldat inconnu bâtie au centre-ville de Béjaïa, et a dénoncé via son association l’injustifiable et abusive augmentation des tarifs du transport urbain. Il est enfin accusé d’être derrière une pétition lancée dans son quartier pour dénoncer le détournement d’un espace vert au profit d’une promotion immobilière, nous apprend Liberté.

Notons que l’entourage de ce jeune militant témoigne sa sympathie et son admiration à l’enthousiasme qu’il porte, et rassure sur le bon comportement et la bonne réputation du jeune Yanis qui devrait connaître son sort dans quelques heures. À noter qu’au moment où on met cet article en ligne, le déroulement du procès est toujours en cours.

LAISSER UN COMMENTAIRE