Le ministre tunisien limogé pour avoir indiqué que le terrorisme provient de l'école wahhabite saoudienne
Le ministre tunisien limogé pour avoir indiqué que le terrorisme provient de l'école wahhabite saoudienne

Les constats allant dans une optique préconisant l’existence de liens étroits entre le courant wahhabite « radicaliste » et le terrorisme ne cessent d’émerger et de casser les tabous dans les pays à dominance musulmane. Mais les condamnations et les inquisitions remontent au créneau à chaque fois qu’une voix s’élève et que l’on pointe du doigt cette école saoudienne très controversée dans le monde.

Le ministre tunisien des Affaires religieuses, Abdeljalil Ben Salem, a été limogé ce matin pour avoir estimé que le wahhabisme saoudien est le vecteur du terrorisme.

« Le chef du gouvernement (Youssef Chahed) a relevé de ses fonctions le ministre des Affaires religieuses Abdeljalil Ben Salem » avait rapporté l’agence de presse française AFP, citant une source du gouvernement tunisien.

Le premier ministre tunisien a démis le ministre des Affaires religieuses de ses fonctions pour avoir « porté atteinte aux fondamentaux et aux principes de la diplomatie tunisienne » rapporte la même source.

Le désormais ex-ministre Abdeldjalil Ben Salem avait tenu ces déclarations lors d’une audition au Parlement. Notamment, il avait interpellé l’ambassadeur saoudien en Tunisie sur l’apport et l’influence de « l’école wahhabite » au terrorisme qui représente une menace pour toute l’humanité.

Au préalable, le même ministre avait tenté d’éviter le début d’une quelconque polémique en assurant la « solidité » des liens diplomatiques entre son pays et les autorités saoudiennes. En vain, puisque il a fini par être limogé par la suite.

LAISSER UN COMMENTAIRE