Slimane Bouhafs : pourra-t-il bénéficier d'une grâce présidentielle pour le 1er novembre prochain ?
Slimane Bouhafs : pourra-t-il bénéficier d'une grâce présidentielle pour le 1er novembre prochain ?

Incarcéré depuis plusieurs mois, Slimane Bouhafs endure actuellement des heures pénibles dans la prison de Constantine, et a été visiblement menacé « par un groupe de prisonniers qui ont tenté précédemment de l’agresser physiquement » affirme sa fille, Tilelli, au quotidien El Watan. 

Ce citoyen de confession chrétienne a été condamné au mois de septembre à trois ans de prison ferme pour « atteinte aux préceptes de l’islam et au prophète Mohammed ». Sa fille, très inquiète, ne sait visiblement plus à quel saint se vouer du moment où son père reste retenu dans les geôles constantinoises .

Slimane Bouhafs est menacé notamment à cause d’un différend avec d’autres prisonniers au sujet d’un « prêche » contre les apostats qu’a lancé un mufti dans une émission télévisée diffusée au sein de la prison. La fille de Slimane Bouhafs a confié au journaliste d’El Watan, Meziane Abane, que son père avait pris une position défendant « les non-musulmans algériens » qui selon lui « ont eux aussi le droit de vivre librement leur foi dans leur propre pays« .

La même source indique  que la fille de Slimane Bouhafs a interpellé les responsables de l’établissement pénitentiaire à veiller à la sécurité de son père.

Les conditions dans lesquelles Slimane Bouhafs a été incarcéré et jugé ont soulevé l’indignation parmi les militants de la société civile, des partis politique et des organisations humanitaires, tel que Amnesty International ou encore la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH). Son avocat, Salah Dabouz, nous a confié précédemment que « Slimane Bouhafs n’a pas bénéficié d’un procès conforme aux règles d’un procès judiciaire, puisqu’il a été jugé pendant la nuit » sans la présence de son avocat, et que son état de santé se dégrade de plus en plus. Cela nécessite un éventuel penchant sur le dossier du prisonnier dont les conditions d’incarcération deviennent de plus-en-plus pénibles.

LAISSER UN COMMENTAIRE