Affaire des moines de Tibhirine : Nouvelles révélations
Affaire des moines de Tibhirine : Nouvelles révélations " intrigantes "

L’affaire du kidnapping et de l’assassinat des moines de Tibhirine en 1996 continue encore à faire couler beaucoup d’encre, et ce alors que l’ombre plane encore sur ce crime, qui reste non élucidé une vingtaine d’années après son déroulement.

Cette fois, c’est au tour d’un certain Karim Bouakkaz de revenir sur cette affaire qu’il estime être « un complot franco-marocain » visant à déstabiliser l’Algérie. Ce personnage avait en effet déclaré dans le passé être un ex-agent des services de renseignements et avait pointé du doigt l’Armée nationale populaire (ANP) en lui imputant l’assassinat des sept moines de Tibhirine survenu en 1996.

Karim Bouakkaz revient aujourd’hui sur ses déclarations en affirmant au quotidien « L’expression » être victime de manipulation de la part du très médiatisé Karim Moulay, qui se présente lui-même comme un ex-officier dissident du DRS. Selon Karim Bouakkaz, le très médiatisé Karim Moulay se serait servi de lui dans le cadre d’un complot anti-algérien qu’il aurait mis en place de concert avec les autorités et la presse française et marocaine; ce complot viserait, toujours selon les déclarations de Karim Bouakkaz, à fomenter une révolte populaire en Algérie en se servant de l’affaire des moines de Tibhirine pour discréditer l’ANP auprès de l’opinion publique nationale.

Karim Bouakkaz va encore plus loin dans ses déclarations en affirmant lui-même être atteint de schizophrénie, et « être invalide à 80% », selon les propos rapportés par « L’expression ». Il déclare encore qu’il est  » prêt à témoigner devant les services de sécurité, du complot dès que [ses] pieds toucheront le sol de l’Algérie « .

Rappelons que l’affaire de l’assassinat des sept moines de Tibhirine, revendiqué en mai 1996 par le Groupe islamiste armé (GIA) de Djamel Zitouni, continue encore de faire couler beaucoup d’encre tant du côté algérien que du côté français, où certaines parties voient dans cet assassinat un complot politique visant à servir les intérêts des « hauts personnages » des deux côtés de la méditerranée.

LAISSER UN COMMENTAIRE