Quand Echorouk dénonce «l’enseignement de Tamazight»
Quand Echorouk dénonce «l’enseignement de Tamazight»

Un nouvel article parmi bien d’autres qui s’attaquent avec un peu de déguisement à tout ce qui est Amazigh en général et Kabyle en particulier sur le journal assumant depuis bien des années son arabisme très proche des frères musulmans.

En effet, dans un article paru aujourd’hui sur le journal arabophone se revendiquant leader de la presse algérienne, Echorouk dénonce une mesure prise par «un nombre important d’établissements scolaires faisant de Tamazight une matière obligatoire et non facultative».

La journaliste dudit journal cite à «titre d’exemple» des parents d’élèves de la commune de Hussein Dey dépendant de la wilaya d’Alger qui auraient contacté le ministère de l’éducation nationale pour comprendre cette mesure adoptée par plusieurs établissements scolaires.

La journaliste déguise cette prise de position contre l’enseignement de Tamazight  par «l’absence des moyens pédagogique pour hisser cette matière au statut obligatoire» écrit-elle.

Pour rappel, l’enseignement de Tamazight, malgré langue nationale et officielle en Algérie, reste facultatif contrairement à l’Arabe, le Français et l’Anglais.

3 Commentaires

  1. Tamazight est langue officielle mais pas enseignée obligatoirement, même en pays kabyle ! C’est une drôle d’officialisation à la « marocaine ».Alors que le français qui n’a aucun statut juridique ou constitutionnel est enseigné bessif ! L’officialisation formelle de « tamazight » est une ruse de sioux qui échouera lamentablement devant la résistance et la vigilance du peuple kabyle.La langue kabyle ,il faut appeler un chat un chat,car il n’existe pas Une langue amazigh,mais Des langues amazigh,ne peut s’épanouir que dans le cadre d’un Etat kabyle autonome ou indépendant.Tout le reste n’est que fuite en avant !Quand à nos voisins algériens,ils sont à plaindre, eux qui ont honte de leur langue maternelle, qui n’est pas cet arabe artificiel et officiel quoiqu’en disent les théoriciens de l’arabisation forcée et bornée.

LAISSER UN COMMENTAIRE