Histoire : le jour où la langue chaouie servait pour tromper les Nazis ! (Crédit photo : Inumiden.com
Histoire : le jour où la langue chaouie servait pour tromper les Nazis ! (Crédit photo : Inumiden.com

Tacawit ( prononcé : tachawit) ou le chaoui est un dialecte berbère qui demeure parlé par plus de deux millions de personnes, notamment en Algérie. Ce dialecte a d’ailleurs fait partie des nombreux stratagèmes adoptés par les résistants français pendant la seconde guerre mondiale pour tromper les forces d’occupation nazies.

Pendant son passage en Algérie en 1935, précisément dans la région des Aurès, Germaine Tillion s’est trouvée dans la nécessité d’apprendre la langue des habitants locaux pour mener à bien ses recherches et études ethnologiques aux cotés de Thérèse Rivière. Un travail qui a été sanctionné plus-tard avec deux publications spécialement à cette étape de sa vie : Il était une fois l’ethnographie (en 2000) et L’Algérie aurésienne (en 2005).

En 1940, Germaine Tillion avait quitté l’Algérie pour rejoindre l’Europe, qui était alors déjà en plein milieu de la seconde guerre mondiale. L’ethnographe se rendait un certain 21 mai 1940 à Paris, où elle devait commencer une nouvelle mission de recherches et d’études. Elle rencontra au Musée de l’Homme des personnes, comme le colonel à la retraite Paul Hauet, avec lesquelles elle allait former un réseau d’intellectuels résistants, dans le cadre de l’Union nationale des Combattants coloniaux, qui organisait l’évasion des prisonniers français incarcérés dans des camps en France et en Allemagne.

En 1941, le réseau de Germaine Tillion a été infiltré et démantelé, et plusieurs de ses membres ont été arrêtés ou fusillés. Parmi les hommes qui ont infiltré ce réseau se trouvait un mécanicien dénommé Albert Gaveau qui se faisait passer pour un résistant, et qui a  réussi à se faire une place parmi les dirigeants dudit réseau. Germaine Tillion ne fut au courant de cette infiltration qu’une fois dans la prison dans laquelle elle était incarcérée en 1942.

Germaine Tillion décide alors de mettre au courant les membres encore actifs de son réseau sur le véritable rôle d’Albert Gaveau. Elle leur envoie donc une lettre écrite en langue chaouie, au cas où elle tomberait entre les mains des nazis, et les informe du rôle qu’Albert Gaveau avait joué dans l’arrestation et l’exécution de plusieurs des membres du réseau.

Cet acte de Germaine Tillion a bien servi la résistance française, puisqu’en 1949, Albert Gaveau est arrêté, jugé et condamné aux travaux forcés à perpétuité après le témoignage de l’ethnographe française, selon ce que rapporte le site Inumiden.

1 COMMENTAIRE

  1. « dialecte berbère ».. vous n’avez pas honte de véhiculer des termes aussi diffamatoire à l’encontre de la langue chaoui?
    Et dire que vous vous offusquez quand on traite votre langue de « dialecte ».
    Finalement ceux qui vous méprisent ont raison de le faire, vu que vous n’avez aucune estime de vous même!

LAISSER UN COMMENTAIRE