Un imam expulsé après avoir prêché contre les traditions Kabyles
Un imam expulsé après avoir prêché contre les traditions Kabyles

Un imam a été expulsé du village d’Ait Meslayene dans la région d’Akbil dépendant de la wilaya de Tizi Ouzou, suite à une pétition initié par les jeunes du village et qui a recueillis les signatures de la majorité des villageois. 

Les initiateurs de la pétition reprochent à l’imam expulsé, ses prêches dénonçant la célébration du nouvel an Amazigh «Yennayer 2966» en la qualifiant d’«une tradition païenne contraire aux préceptes de l’islam».

«Les jeunes villageois, choqués par une telle atteinte jusqu’à leur identité, avaient organisé au sein de la maison des jeunes une pétition qui a recueilli la majorité des signataires parmi les 3 000 habitants du village préférant être privés d’imam que de se faire insulter chez eux. »La mobilisation des citoyens a payé et l’imam a été expulsé du village selon une dépêche de Siwel.

Yennayer

Les Amazighs, comme tous les peuples du monde, avaient besoin d’un calendrier pour gérer le temps et organiser leur vie. Yennayer est donc le premier mois de l’année dans le calendrier amazigh. Amenzou n’yennayer, le jour de l’an amazigh coïncide avec le 12 janvier du calendrier grégorien. Etymologiquement le mot Yennayer est formé : de ‘’Yen’’ qui veut dire premier et de ‘’Ayer‘’ qui veut dire mois.

L’an 950 Av.J., à la mort du Pharaon Psoussenes II, un Amazigh répondant au nom de Sheshnaq accède au statut de Pharaon d’Egypte en soumettant tout le Delta du Nil, ainsi que la grande prêtrise égyptienne sous son autorité, et fonda sa capitale à Bubastis. Auparavant, Chechanq I régnait sur un territoire allant de la partie orientale de la Libye actuelle jusqu’au delta du Nil. Il régna sur l’Egypte en tant que Pharaon de 950 jusqu’à 929 av. J.-C.

LAISSER UN COMMENTAIRE