Les deux structures de l’aile indépendantiste Kabyle, le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) et le Gouvernement Provisoire Kabyle (GPK), jusque là liés officiellement avec une primauté du président du GPK sur le président du MAK, vivent une grave crise après la décision de Ferhat Mehenni d’installer «le parlement Kabyle» au Québec alors que Bouaziz Ait Chebib voulait l’installer en Kabylie.

Ce conflit d’autorités a fait resurgir à la surface d’autres problèmes non-annoncé entre les deux structures prônant l’indépendance de la Kabylie comme revendication, dont des présumés pourparler entre la direction du MAK, à sa tête Bouaziz Ait Chebib, avec le pouvoir algérien, pour négocier un statut d’autonomie pour la Kabylie.

Ceci a été vivement contesté par le président du GPK, Ferhat Mehenni qui, dans une lettre à sa base militante, s’est dit refuser catégoriquement toute approche dans ce sens.

De son coté, Bouaziz Ait Chebib, reconnait avoir été convié indirectement par des émissaires du pouvoir algérien, pour s’asseoir à table  et négocier avec le pouvoir algérien, avant d’apporter ses précisions « Nous sommes loin d’être naïfs, nous savons bien que tout huis-clos avec l’Etat algérien ne peut être qu’un piège à éviter absolument, d’autant plus que nous n’avons jamais rien caché. Donc oui, le MAK a bien été approché de façon indirecte par des relais du régime colonial d’Alger, et contrairement aux divagations malveillantes de ces rumeurs, pas un seul responsable, cadre ou militant, informé de la situation n’a été dupe de la manœuvre. Tous ont immédiatement situé la «proposition» dans le registre des «pièges attendus» du régime colonial algérien.» dit-il dans une interview accordé au journal électronique très proche du MAK, Tamurt.

La réponse en concertation avec Ferhat Mehenni , selon Bouaziz Ait Chebib, était :

(1) Nous ne répondons pas à une démarche informelle. Nous avons besoin que la proposition nous soit faite par le premier ministre algérien ou le porte-parole de la présidence

(2) Après cette première étape, très importante, nous aviserons.

1 COMMENTAIRE

  1. moi franchement je trouve que si une bonne affaire d’accepté un statu de region autonome et d’installer une vrai état avant de demander l’dépendance si de faire le meme system a la catalogne ( Barcelone )

LAISSER UN COMMENTAIRE