Des militants de plusieurs obédiences ont répondu à l’appel du Collectif pour la libération de Slimane Bouhafs ce matin devant l’ancienne mairie de Tizi Ouzou. 

La société civile n’est pas restée indifférente devant l’affaire Slimane Bouhafs, ce citoyen de confession chrétienne condamné à trois ans de prison ferme à cause de ses publications sur Facebook jugées « ostentatoires à la foi musulmane » . En effet, des dizaines de personnes venues de partout ont participé au rassemblement initié par ledit collectif à Tizi Ouzou.

Les présents étaient essentiellement des étudiants, des militants d’organisations de défense des droits de l’Homme à l’image d’Amnesty International, des journalistes, ainsi que de nombreux citoyennes et citoyens de différentes activités professionnelles. Ils étaient tous munis de pancartes portant des slogans dénonçant l’atteinte à la liberté d’opinion, et appelant à la libération de Slimane Bouhafs.

Au cours du rassemblement, des prises de paroles se sont succédées et s’entendent unanimement sur le fait que l’incarcération de Slimane Bouhafs est une atteinte à la liberté d’opinion et de culte, car ce dernier « s’était exprimé sur une opinion que pense pratiquement chaque citoyen » a fait entendre un intervenant pendant ce rassemblement.

A l’issue d’un procès qui est loin d’être « équitable« , Slimane Bouhafs a été interrogé sans la présence d’un avocat, a également déclaré Athmane Bessalem, l’un des présents à ce rassemblement. « Il a été poursuivi depuis deux longs mois, et n’a pas bénéficié d’un procès conforme aux principes d’un procès équitable » précise-t-il.

Depuis l’incarcération de Slimane Bouhafs qui date de la fin du mois d’août passé, des organisations non gouvernementales (ONG) comme Amnesty International et la Ligue algérienne de la défense des droits de l’Homme (LADDH) ont demandé au gouvernement algérien la libération sans conditions de ce dernier. Le Collectif pour la libération de Slimane Bouhafs a rejoint cet élan de solidarité et demande à travers des communiquées et actions de solidarité la grâce présidentielle en faveur de Slimane Bouhafs le 1er novembre prochain.

Le collectif envisage de propager son élan de solidarité dans d’autres wilayas. Il convient également de noter la réaction favorable des citoyens de la ville de Tizi-Ouzou à ce rassemblement.

 

p1000367 p1000362 p1000357 p1000350 p1000347 p1000345 p1000327 p1000328 p1000335 p1000338 p1000339 p1000344 liberez-bouhafs

 

LAISSER UN COMMENTAIRE