La loi concernant les binationaux a été adoptée au parlement
La loi concernant les binationaux a été adoptée au parlement

La loi fixant la liste des hautes responsabilités de l’État et des fonctions politiques dont l’accès requiert la nationalité algérienne exclusive, a été adoptée par les représentants du peuple au sein de l’Assemblée Populaire Nationale (APN) aujourd’hui, lundi.

Suite à l’intégration de l’article 63 qui fixe la liste en question dans la Constitution amendée en février 2016, les parlementaires viennent de passer comme « une lettre à la poste » le projet de loi devant exclure les détenteurs de plusieurs nationalités, en plus de la nationalité algérienne, de l’accès à des hautes fonctions de l’État vient d’être adopté au parlement.

Après son adoption, le ministre de la Justice, Tayeb Louh, a indiqué que ladite loi « répond aux préoccupations » exprimées par le peuple algérien à maintes occasions quant à la nécessité de « ne pas confier les hautes responsabilités de l’État à des personnes détenteurs d’autres nationalités en plus de la nationalité algérienne » rapporte l’agence officielle APS.

Les postes concernés ce projet de loi sont : le président du Conseil de la nation, le président de l’APN, le premier ministre, le président du Conseil constitutionnel, les membres du gouvernement, le secrétaire général du gouvernement, le premier président de la Cour suprême et le président du Conseil d’État, le gouverneur de la Banque d’Algérie, les responsables des organes de sécurité, le président de la Haute instance indépendante de surveillance des élections, le chef d’Etat-major  de l’Armée nationale populaire, les commandants des forces armées, les commandants des régions militaires, et toute autre haute responsabilité militaire définie par voie réglementaire.

Ledit projet de loi a soulevé une grande polémique dans la sphère politique algérienne, d’où la tenue de passes d’armes entre les binationaux et des personnalités proches des cercles du pouvoir, dont le chef de cabinet de la présidence, Ahmed Ouyahia.

LAISSER UN COMMENTAIRE