Une première en Algérie : L'enseignement supérieur officiellement ouvert au privé
Une première en Algérie : L'enseignement supérieur officiellement ouvert au privé

C’est une nouvelle ère qui s’annonce pour l’enseignement supérieur en Algérie, avec l’ouverture de ce secteur privé, qui est devenue officielle hier mardi 29 novembre.

En effet, la dernière étape de l’ouverture de l’enseignement supérieur au secteur privé a été franchie hier mardi 29 novembre, avec la publication dans le journal officiel d’un arrêté ministériel fixant le cahier des charges pour la création des universités privées et autres établissements de formation supérieure dans le pays.

l’autorisation de création d’une université privée se fera « en deux étapes » stipule l’arrêté; une « autorisation de création temporaire » sera délivrée à l’établissement concerné« après satisfaction des conditions (…) sur la base d’un rapport d’évaluation établi par la commission ministérielle », précise notamment l’article 03 du texte.

Une autorisation de création définitive sera délivrée  » à l’issue d’un cycle complet de formation sur la base d’un rapport d’évaluation et de contrôle de la durée de formation concernée « , ajoute le même texte.

L’arrêté stipule également que les établissements privés sont tenus de préciser  » le ou les domaine(s) de formation, la ou les filière(s), la ou les spécialité(s) et le ou les diplôme(s) pour lesquels elle a été délivrée « , ajoutant que les filliales et annexes de ces établissement doivent passer par les mêmes étapes de création que les établissements d’origine auxquels elles sont rattachées.

L’article 8 du même arrêté précise que les autorisations pour la création d’établissements rattachés à des pays étrangers ne seront délivrées qu’après ratification d’un accord bilatéral entre le gouvernement algérien et le gouvernement du pays concerné.

« Outre les structures administratives, des structures pédagogiques chargées de l’organisation pédagogique et des enseignements pour prendre en charge les problèmes liés aux études, aux examens, à l’évaluation, à la progression, aux stages et à la formation continue ainsi que ceux liés à la recherche, à l’innovation et au développement des technologies de l’information et de la communication » doivent obligatoirement être incluses dans l’organisation des établissements privés, stipule le même texte, qui ajoute également que ces établissements peuvent assurer des prestations d’hébergement, de restauration et de transport des étudiants qui sont en cours de formation, mais ne doivent « en aucun cas utiliser les dénominations des établissements publics d’enseignement et de formation supérieurs ». Les documents de ces établissement doivent tous porter la mention  » établissement privé « , stipule également l’arrêté.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE