Révélations. Cinquième mandat : la nouvelle guerre des clans a déjà recommencé
Révélations. Cinquième mandat : la nouvelle guerre des clans a déjà recommencé

Une nouvelle guerre des clans est déclenchée ? La première analyse dans ce sens est venue juste après le discours du secrétaire général démissionnaire du Front de Libération Nationale (FLN), Amar Saâdani en l’occurrence puisque de lui qu’il s’agit, attaquant frontalement son prédécesseur Belkhadem et les généraux dits de France dont le Général Toufik et faisant l’éloge de Gaid Salah Chef d’état-major de l’armée algérienne ainsi que Abdelaziz Bouteflika président de la république depuis 1999.

Pour les observateurs, ce discours était dans l’objectif de redorer le blason de Gaid Salah et non celui de Bouteflika qui, pour Amar Saâdani, n’a plus d’ambitions présidentielles.

Amar Saâdani s’est trompé dans ses calculs et ce serait la faute qu’il l’a éjecté du poste de secrétaire général du FLN, contrairement à son successeur, Djamel Ould Abbes qui a vite annoncé son soutien à Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat.

De nouvelle révélations viennent de paraître sur la presse nationale en citant des sources anonymes mais «très bien informées» qui auraient déclaré que Amar Saâdani a été limogé par le président du FLN et président de la république Abdelaziz Bouteflika suite à des rapports parvenus à la présidence sur un rapprochement entre Amar Saadani et Gaid Salah.


« Il (Amar Saâdani NDLR) a noué des relations étroites et intolérables avec Gaid Salah (…) Des rapports détaillés ont été transmis au président Bouteflika sur cette alliance suspecte, ce qui a permis au Président de décider » TSA.


A en croire à ces révélations, Amar Saâdani est la première victime collatérale d’une nouvelle guerre des clans qui a bel et bien commencé au sommet de l’Etat mais avec un nouvel échiquier et de nouvelles alliances.

LAISSER UN COMMENTAIRE