La flotte formée de l’impressionnante escadre de huit bateaux de guerre russes dirigé par le porte-avions «Admiral Kuznetsov», qui s’est vu dans l’incapacité de se ravitailler dans des ports européens, a atteint aujourd’hui les côtes algériennes.

Parti le 15 octobre de Severomorsk, dans le nord de la Russie, l’Amiral Kuznetsov, unique porte-avion de la flotte russe, a d’abord longé les côtes européennes, sous l’escorte vigilante des flottes norvégiennes puis britanniques et françaises, avant de passer les colonnes d’Hercule pour aller rejoindre en Syrie la dizaine de bâtiments russes qui appuient les opérations de Damas et de Moscou contre l’insurrection anti-Assad.

La flotte russe en chemin vers la Syrie via le détroit de Gibraltar avait été annoncée comme devant se ravitailler en carburant au port de Ceuta, enclave espagnole au Maroc. Mais c’était sans compter sur les atermoiements de l’Espagne, provoqués par le tollé des pays membres de l’OTAN, qui ont vivement protesté, refusant de faciliter la vie à des navires russes.

Le pétrolier Serguey-Osipov, chargé de ravitaller le porte-avions, a, selon des sources «Bien informées» citées par Ennahar, accosté hier au port d’Oran.La flotte russe, en direction de la Syrie, effectuera des exercices le 3 novembre prochain à l’Est de l’Algérie, près des côtes de Jijel.

 

Avec Agences

LAISSER UN COMMENTAIRE