Le collectif de libération de Slimane Bouhafs appelle à un rassemblement à Tizi Ouzou pour le soutenir et demander sa libération
Le collectif de libération de Slimane Bouhafs appelle à un rassemblement à Tizi Ouzou pour le soutenir et demander sa libération

Condamné à trois ans de prison ferme pour « atteinte à la foi musulmane » le 6 septembre dernier par le tribunal de Sétif, le citoyen de confession chrétienne Slimane Bouhafs continue à recevoir du soutien. 

Slimane Bouhafs est un citoyen algérien, converti au christianisme, et qui a écopé d’une peine de trois ans de prison ferme après avoir été accusé d’ « offense à l’islam et au prophète ». Son cas n’a pourtant pas laissé indifférente la société civile. Des Organisations Non-Gouvernementales (ONG) comme Amnesty International et la Ligue Algérienne de la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) ont demandé au gouvernement algérien de le libérer dans l’immédiat et sans conditions jugeant que cette incarcération est une « atteinte à la liberté de culte et d’opinion« .

Jusqu’à aujourd’hui, des associations et des collectifs ne ménagent aucun effort pour convaincre les autorités de libérer Slimane Bouhafs. Ainsi, dans un communiqué publié sur le réseau social Facebook, le Collectif pour la libération de Slimane Bouhafs exprime « son refus catégorique de la décision inquisitoire et inhumaine qu’a subit et que subit encore notre concitoyen Mer Slimane Bouhafs depuis plus de deux mois » , et lance un appel par la suite aux « citoyens et aux organisations de la société civile soucieux des droits humains pour se mobiliser dans les différentes régions d’Algérie pour la libération immédiate de Mr Slimane Bouhafs » lit-on sur ledit communiqué. Pour la même raison, un rassemblement de soutien est d’ailleurs prévu ce samedi à 10h30 devant l’ancienne mairie du centre ville de Tizi-Ouzou.

Il convient également de noter la détérioration de l’état de santé du détenu qui se trouve actuellement incarcéré à Constantine.

En outre, le même collectif indique sur son communiqué que « L’inquisition formelle de ce jugement viole catégoriquement la loi constitutionnelle et les traités relatifs aux valeurs universelles signés et ratifiés par le gouvernement algérien sur la liberté d’expression et de conscience » et estime que « cette affaire est aussi liée à l’engagement citoyen de Mer Slimane Bouhafs en faveurs des principes d’un Etat de droit et pour les libertés individuelles et politiques« .

Par ailleurs, contacté par notre rédaction, l’un des membres de ce collectif nous a éclairci sur la nécessité de libérer Slimane Bouhafs et s’est expliqué sur l’objectif principal dudit collectif qui consiste à demander une grâce présidentielle en la faveur de Slimane Bouhafs pour le 1er Novembre prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE