Les autorités algériennes ont enclenché une série de réformes au niveau administratif visant à faire adapter le pays aux enjeux de la nouvelle ère en passant à l’usage des nouvelles technologies.

L’adoption des cartes d’identité et du permis de conduire biométriques, a été introduite par l’État depuis plus de trois ans. Le ministère de l’intérieur envisage la généralisation progressive de ces documents à partir du début de l’année 2017.

Le ministre de l’Intérieur et des collectivités locales, Nouredine Bedoui, a étalé un argumentaire explicite sur ce passage à l’usage des nouvelles technologies de l’État civil lors de son intervention sur les ondes de la radio chaîne III. Le ministre à annoncé que son département lancera « un permis de conduire biométrique et une carte d’immatriculation biométrique vers la fin de l’année en cours« . Et ce, après la mise en circulation du « passeport biométrique et de la carte d’identité biométrique« .

Ce qui va changer dans l’intégration d’une plaque d’immatriculation électronique est le fait que chaque voiture pourra disposer d’un numéro d’identification unique au lieu du code de wilaya. « Il y aura un numéro identifiant pour chaque véhicule comme c’est le cas pour tout citoyen algérien«  a-t-il déclaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE