Oublié dans son pays L’Algérie: Une Bibliothèque nationale à Paris porte le nom de Mohamed Arkoun
Oublié dans son pays L’Algérie: Une Bibliothèque nationale à Paris porte le nom de Mohamed Arkoun

Mohamed Arkoun, le penseur islamologue, professeur émérite d’histoire de la pensée islamique à la Sorbonne, né en 1928 à Taourit-Mimoun, un petit village de Kabylie et décédé le 14 septembre 2010 à Paris, oublié dans son pays d’origine l’Algérie, est honoré en France où une bibliothèque nationale porte son nom à Paris.

C’est le maire de Paris qui, pour rendre hommage à « un inlassable artisan du dialogue entre le christianisme, le judaïsme et l’islam, animé par la conviction que ce qui rassemble les différentes expressions de la foi monothéiste est infiniment plus puissant, et finalement plus réel, que ce qui les sépare », avait proposé de rebaptiser La Bibliothèque Mouffetard au nom du défunt Mohamed Arkoun.

Située au 74-76 place Mouffetard, l’établissement dispose d’un « important fonds de sciences humaines et organisant de nombreuses conférences dans le domaine de la philosophie, cette bibliothèque est à même de promouvoir l’œuvre de Mohammed Arkoun », détaillait le Maire de Paris. « In Actualitte »

Mohammed Arkoun est né en 1928 à Taourit-Mimoun, un petit village de Kabylie, il est décédé le 14 septembre 2010 à Paris. Il était professeur émérite d’histoire de la pensée islamique à la Sorbonne et un des initiateurs du dialogue interreligieux. Originaire d’un milieu très modeste, il a fait ses études secondaires chez les Pères Blancs à Oran, puis a étudié la littérature arabe, le droit, la philosophie et la géographie à l’Université d’Alger. Agrégé en langue et littérature arabes à la Sorbonne, il a ensuite enseigné dans plusieurs universités avant d’être nommé en 1980 professeur à la Sorbonne nouvelle-Paris III, où il a développé une discipline : l’islamologie appliquée.

Il a obtenu une renommée dans les milieux universitaires dès 1969 avec ses importants travaux sur l’œuvre de l’historien et philosophe perse du premier millénaire Ibn Miskawayh. Mohammed Arkoun a été l’auteur de nombreux ouvrages de sociologie religieuse consacrés à l’islam, en français, anglais et arabe. Il a aussi été le directeur scientifique de la revue Arabica à partir de 1980.

Penseur majeur de notre temps, humaniste et laïc, Mohammed Arkoun, a été un passeur infatigable entre peuples, cultures et religions. Tout son travail a été de penser l’islam en tant que système culturel et religieux, de combattre « les ignorances institutionnellement organisées », et de dénoncer l’instrumentalisation de la religion par ceux – États et fondamentalistes – qui en font un outil de pouvoir et de domination des peuples.

 

Avec Journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE