Ismaël Boudjekada, candidat à la Présidentielle française de 2017, à l'âge de 21 ans
Ismaël Boudjekada, candidat à la Présidentielle française de 2017, à l'âge de 21 ans

Le jeune Ismaël Boudjekada est âgé de vingt et un ans et se porte candidat à la Présidentielle française de 2017.

Ismaël Boudjekada a fait son entrée en politique en publiant un livre à l’âge de 15 ans, où il livrait « sa vision de la société » et critiquait « le double discours (…) des responsables politiques« . Ainsi, il estime que ce sont les échos qu’il a reçus de la part des médias et de son entourage qui l’ont motivé à s’engager dès ce jeune âge dans la politique.

Ensuite, il a créé son propre parti politique, appelé le Mouvement de l’Eveil National (MEN), dès l’âge de 16ans, et participe à plusieurs échéances électorales. Ce jeune politicien s’est présenté à l’élection municipale de Besançon en 2014 où il a eu 0,73% des suffrages, puis aux élections européennes de 2014 recueillant 0,02% des voix, ainsi qu’à la législative partielle du Doubs en 2015 où il a eu 0,53% des voix.

Depuis, il a réussi plusieurs réalisations, où il compte actuellement quatre essais politiques à son actif.  Ismaël Boudjekada semble comprendre les enjeux politiques et économiques de l’heure. Ça serait une raison pour laquelle il fonde son parti à base de trois idées principales qu’il explique dans un entretien avec le site web de la chaîne de télévision française M6.

Ses idées reposent essentiellement sur la refondation de certaines bases des volets économique, sociales et culturelles de l’Etat. Ainsi, il propose réformer la gestion des masses salariales des entreprises, en instaurant un salaire universel, qui « serait défini selon les régions« . En conséquence de cela même, il recommande de restructurer la dette pour « oxygéner un peu notre économie » et « investir dans de nouveaux secteurs, comme l’éducation » explique-t-il.

Le jeune Boudjekada ne limite pas uniquement sa vision à la réforme de ces bases économiques. Il « exige » de réexpliquer la constante nationale qui est la Laïcité. Le laïcisme liberticide dans lequel est dérivé le concept de la Laïcité semble interpeller ce jeune candidat à la Présidentielle de 2017. Il pense que la loi de 1905 portant sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat est « l’objet de beaucoup d’hypocrisie« . C’est pour cette raison qu’il faut «  expliquer simplement ce qu’est la laïcité« .  Il trouve qu’ « On expliquait aux Français que l’Etat serait neutre devant des religieux » , et ajoute qu’il faudrait faire « preuve de pédagogie, en expliquant l’essence de cette loi, alors que certains aujourd’hui nous imposent une vision laïciste et liberticide de ce texte, qui promettait d’être rassembleur » a-t-il estimé.

Dans un autre sillage, Ismaël Boudjekada a fait part de sa vision au sujet de l’immigration. Ainsi, il pense que la France devrait songer à « un effacement semi-contractuel de la dette des pays africains » en demandant à ces même pays « que cet argent soit réinjecté dans le but d’atteindre des objectifs pour garantir la dignité de leurs concitoyens : par exemple la mise en place d’un système d’allocations familiales, une couverture médicale…etc« . Par conséquent, « le problème de l’immigration n’en serait plus un parce que ces populations pourraient vivre dignement dans leur pays » pense-t-il.

Par ailleurs, Ismaël Boudjekada a été condamné à trois ans d’inéligibilité par le Conseil Constitutionnel en novembre 2015 pour ne pas avoir transmis ses comptes de campagne lors des législatives partielles de Doubs (un département français de la région Bourgogne-Franche-Comté). Pour protester contre cette sanction, Ismaël Boudjekada a récemment fait une grève de la faim en montant sur une grue, pour espérer se faire entendre de par les autorités. En ce moment, il attend l’intervention des instances étatiques concernées pour régulariser sa situation. A défaut, il envisage de solliciter Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères et du Développement international.

LAISSER UN COMMENTAIRE