François Fillon, ancien premier ministre et vainqueur du premier tour des primaires du centre et de la droite française en créant la surprise après avoir éliminé son ancien président  Nicolas Sarkozy, risque de fâcher en Algérie sur ses positions concernant l’époque  coloniale.

L’ultra-conservateur candidat à la candidature des présidentielles françaises pense que la colonisation n’est qu’un «partage de culture» dont la France n’est pas coupable. Des déclaration et une vision qui risque de se retrouver face à des politiciens algériens qui ne cessent de revendiquer la repentance de la France sur ses crimes en Algérie.

François Fillon veut en effet réécrire l’histoire de France enseignée aux écoles « Si je suis élu président de la République, je demanderai à trois académiciens de s’entourer des meilleurs avis pour réécrire les programmes d’Histoire avec l’idée de les concevoir comme un récit national ». D’après le député de Paris, « le récit national, c’est une Histoire faite d’hommes et de femmes, de symboles, de lieux, de monuments, d’événements qui trouve un sens et une signification dans l’édification progressive de la civilisation singulière de la France » note l’express.

LAISSER UN COMMENTAIRE