Des officiers algériens accusés de génocide
Des officiers algériens accusés de génocide

Trois officiers de l’armée algérienne ont été cités dans une affaire de génocide visant le secrétaire général du front Polisario, rapporte ce 15 novembre le quotidien TSA.

Les trois officiers sont cités aux côtés de 25 autres membres du Polisario dans une plainte déposée depuis une dizaine d’années par l’Association sahraouie pour les droits de l’Homme (ASADEDH). Les plaignants accusent les trois officiers algériens d’avoir mené une campagne visant à éliminer les « élites sahraouies d’origine espagnole, avec l’intention de rompre les liens entre les différentes tribus et leurs autorités naturelles afin d’obtenir un contrôle direct et efficace sur l’ensemble des réfugiés sahraouis dans les camps ».

L’affaire a été rouverte par un haut tribunal espagnol, des victimes accusent le secrétaire général du Polisario Brahim Ghali ainsi que d’autres membres de ce mouvement et des officiers algériens de tortures et de et de disparitions forcées commises dans les années 70 et 80. Un des plaignants cités par le tribunal espagnol en charge de cette affaire explique avoir été emprisonné et torturé entre 1974 et 1980 après avoir été accusé d’« appartenance aux services secrets espagnols, puis aux services secrets marocains ».

LAISSER UN COMMENTAIRE