dans le cadre de la campagne aux élections primaires en France, Nicolas Sarkozy, l’un des candidats de la Droite française, s’est rendu à Neuilly-Sur-Seine, l’un de ses fiefs, où il a réitéré sa position vis-à-vis des élèves qui ne mangent pas du jambon, notamment en raison de son interdiction par leur confession religieuse.

L’ancien président français est revenu lors du meeting du 7 novembre dernier sur le cas des élèves musulmans qui refusent de manger du jambon dans les cantines scolaires, liant ce fait à une inadaptation aux principes de la République. Il propose, alors comme compensation, de doubler leur part « de frites !  » .

« Si un élève vient d’une famille où on ne mange pas de porc, eh bien le jour à la cantine où il y a des frites et une tranche de jambon, le petit ne prend pas de tranche de jambon et prendra une double ration de frites » a-t-il martelé. Ainsi, Nicolas Sarkozy conforte ainsi opposition aux plats de substitution offert aux élèves rejetant leur part de jambon.

L’ancien locataire de l’Élysée, et candidat à la primaire de l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP), insiste sur le fait que c’est « aux personnes de s’adapter à la République » et non le contraire.

1 COMMENTAIRE

  1. Et quand est il de l’offre étrange de votre gouvernement algérien dont vous faites tous les jours la publicité de transcrire la langue amazigh en graphie arabe pour définitivement la tuer? c’est quand plus grand pour nous les Kabyles que votre affaire de jambon non ?

LAISSER UN COMMENTAIRE