La marche en arrière : calife et femmes berbères !
La marche en arrière : calife et femmes berbères !

Daech est une pensée sauvage avant d’être organisation sanguinaire. Une manière de penser ou de repenser le monde et le passé de ce monde dans lequel nous vivons. Daech est une chaîne structurée d’une culture ancestrale qu’ont connue et vécue les musulmans à travers quinze siècles. Daech n’est pas une création d’aujourd’hui. Elle n’est pas une créature de la politique américaine ou européenne, même si ces derniers en profitent de son existence sauvage. Daech est tout simplement une créature islamo-islamique. Elle appartient à cette ancienne culture de la violence, une culture moyenne-orientale.
Daech est la fabrication de nos propres mains, de nos propres idées. Je vous raconte ce que l’Histoire, notre histoire arabo-musulmane, nous a légué en matière de férocité, d’humiliation et d’atrocité envers les femmes.
Je vous raconte cette histoire interdite aux Maghrébins de moins de dix-huit ans !!: Le calife omeyade Hichème ibn Abdelmalek (691-743) guide suprême des croyants (Émir Al Mouminine), était jaloux de son père Abdel Malek Ibn Marouane (646-705), non parce qu’il a pu étendre les frontières de son califat jusqu’au Maghreb, pays des Berbères mais parce qu’il recevait des milliers de belles femmes berbères envoyées en cadeau du général Moussa Ibn Noussair (640-716), wali de cette terre africaine. Sur les traces de son père, le calife Hichème envoie une lettre, que l’Histoire nous a conservée, à son wali des pays des amazighs dans laquelle il réclame des choses abominables.
Afin d’être plus clair et plus direct, je vous traduis cette lettre de l’Émir des croyants (Émir El moueminine) Hicham Ibn Abdelmalek (691-741) à son wali des pays des Amazighs.
“L’Émir des croyants (Amir al Mouminine) prenant connaissance de ce qu’envoyait votre prédécesseur Moussa Ibn Nosseir (640-716) à Abdel Malek Ibn Marouane miséricorde d’Allah soit sur lui, en nombre de femmes berbères, Il (le calife) vous demande de faire de même.
Vous avez sous votre commande un nombre inestimable de belles femmes berbères.
Des femmes qui comblent le regard.
Des femmes captivant les cœurs.
Ce qui est introuvable chez nous à Damas ou dans nos autres régions obéissantes.
Je vous demande de prendre toutes les précisions et l’attention dans le choix des femmes berbères. Prends en considération ce qui suit :

  • La beauté extrême.
  • Les doigts fins.
  • L’élégance physique.
  • Le calme esprit.
  • Les cheveux longs.
  • La race pure.
  • Les yeux amusés.
  • Les joues lisses.
  • Les petites bouches.
  • Les beaux visages.
  • Les corps vibrants.
  • La taille moyenne.
  • Les voix envoûtantes.
    Mais au dessus de tout cela, il faut puiser dans les bonnes familles connues et respectables. Elles seront les mères de nos enfants. Et salam.”
    Certes ces centaines de milliers de femmes berbères enlevées, humiliées, violentées et envoyées au harem du calife omeyyade (Émir al Mouminine) à Damas sont nos arrière-arrière grand-mères !!
    Aujourd’hui, quatorze siècles après, les enlèvements des femmes et des jeunes filles par les organisations islamistes continuent. Elles sont conduites en esclaves sexuelles, aux lits des Émirs de Daech, Émirs de Boko Haram, Émirs d’Al Qaïda qu’importe l’appellation !
    Aujourd’hui, quatorze siècles après, les Émirs de Daech qui enlèvent les jeunes filles d’Afrique subsaharienne, les femmes chrétiennes d’Orient, les femmes yézidies, ne sont que les descendants de ces califes omeyyades Hichem et de son père Abdelmalek ibn Marouane.
Amine. Zaoui.
 aminzaoui@yahoo.fr
 Paru initialement sur Liberté

LAISSER UN COMMENTAIRE